CLIc: uma janela aberta às mentalidades coletivas

A literary think tank

O Clube de leituras não obrigatórias

Fundado em 28 de Setembro de 1998

11 de junho de 2011

Le Premier Homme: Albert Camus


Camus, était-il un existentialiste? Il même a dit non et Jacques, le protagoniste de son dernier roman, une oeuvre qui a resté inachevée, semble confirmer cette hypothèse. Le manuscrit, retrouvé dans la voiture qui lui a tué, montre une sorte de  «archéologie» de l'écritture de Camus, contenant plusieurs feuilles en montrant le plan de travail pour "Le Premier Homme". Dans un de ces tracts, le narrateur dit qu'il avait essayé d'aimer tout ce qu'il avait choisi dans la vie, mais qui n'a pris fin que pour l'amour qui lui a eté  imposé subrepticement par des circonstances, l'amour qui a duré plus par hasard que par volonté, et enfin devenu nécessité. Comment pouvons-nous être libres si le coeur n'est pas libre,  si «l'amour véritable n'est pas un choix ni une liberté", se demande le narrateur? J'ai l'impression que Jacques est le caractère inévitable de Camus, celui qui révèle, derrière tout le defi et le questionnement, la voix du cœur nécessaire et urgent. Je pense qu'il ne peut y avoir l'existentialisme authentique si nous n'arrivons pas à aimer ce que nous choisissons. C'est vrai que l'amour est au coeur et la liberté est à l'âme, mais il est temps pour l'amour et la liberté d'être ensemble. Voilà!



La voiture après l'accident qui a tué Camus
De plus,un poème de l'un de nos lecteurs:



"Viver a realidade crua e cruel
Sentir na pele a fome, a guerra
Sorver a miséria diária dos gestos
E mesmo assim poder amar

Esse é Jacques, é Camus
É o primeiro homem que habita em nós
Não se fez sozinho, mas sem pai
Foi moldado à falta


Depois, incompleto o adulto
Parece ter-se exagerado em feitos e atos
Para preencher a ingenuidade que não herdara
Mas via espelhada na mãe resignada

E a culpa corroeu-lhe a alma de menino
E transformou-se em seu sangue cuspido
Que precisava ser decifrado sem letras
Para enfim conseguir o perdão que buscava

Da mãe, da vida, de si"